02/08/2009

Erosion

sculpture bois pierre IMG_3115. -2 jpg

Les mots qui tuent toute perspective d’espoir pouvaient aussi l’alimenter.
Pourquoi n’aurais-tu pas eu le droit de les prononcer ?
Les mots qui changent une incertitude silencieuse en une certitude tranchante.

Eh voilà, tu l'as fait !

Mais, même ta certitude si cruelle qu’elle soit n’a pas les couleurs de la délivrance.

Ah ! s’il suffisait de juste quelques mots bien assommés pour produire l’indifférence !

Il est un fait certain, c’est que l’indifférence n’est pas vecteur de réciprocité.

Alors, il ne reste plus qu’à laisser se propager l’érosion si lente et si définitive, en sachant que toute érosion est une défaite.
Acter une défaite ne suffit pas à la rendre supportable, hélas !

Dans ton ciel aussi planent en cet instant de gros nuages noirs…

18:41 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (10) | Tags : indifference, reciprocite, certitude, espoir | Lien permanent

Commentaires

Et pour citer Carly Simon, dans You're So Vain, "And I wish there were clouds in my coffee".
Je n'arrive pas toujours à être indifférent à l'indifférence d'un être aimé. Parfois je la feins, parfois j'y réponds par des mots pas très fins...

Écrit par : Edouard | 03/08/2009

Répondre à ce commentaire

L'indifférence feinte... je pratique parfois mais je suis très mauvaise comédienne... et bien trop sincère... l'érosion inéluctable c'est terrible... on le sait on la sent... et pas moyen de lutter. A quoi est ce que cela servirait d'ailleur ? Alors qu'elle soit rapide !

Écrit par : Or | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

l'érosion... moi je trouve qu'elle vient souvent assez rapidement, quand on voit le petit défaut de l'autre qui nous semblait parfait, une petite manie qui nous attendrissait mais qui soudain nous agace... c'est là le début de la fin. hélas, elle ne se produit pas chez les 2 en même temps, il y en a toujours un qui souffre de ce désamour. c'est çà qui est cruel, sinon, on garderait chacun de son côté les beaux souvenirs. je crois que quand arrive le moment, quand on voit que l'autre s'en va un peu, il faut savoir être celui qui part. mais c'est trés dur, on a toujours tendance à penser que tout va s'arranger, que c'est passager. et c'est toujours faux. ce n'est la faute à personne que celle du temps. et plus on place haut la personne aimée plus dure est la chute!
bises mon amie. belle journée.

Écrit par : mimi | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

L'érosion... Quand une porte vers le bonheur se ferme
une autre porte s'ouvre, mais souvent nous regardons si longtemps la porte fermée que nous ne voyons pas celle qui s'est ouverte tout exprès pour nous."Helen Keller"
Moi cette pte phrase m'a souvent aidée à avancer
dans la vie
Amitiés
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

eh bè vlan! Ton écriture waaaaaaaaaaaaah et bises, amie!!!!

Écrit par : Zabou | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

A propos de haïku :-) Simplement je n'ai pas voulu faire un haïku, j'ai posé mes mots en toute libeté comme un oiseau confiant :-)
Mais je te remercie pour les précisions (j'ai regardé au dictionnaire haïku pt poème japonais
un verset composé de 17 syllabes...j'ai compté j'en ai 16 :-)
"Etre poète n'est pas une ambition que j'ai.C'est ma façon à moi d'être sel".Fernando Pessoa
Bisous
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Je vois que tu es en forme. Les textes se succèdent, les mots sont de retour, l'imagination est fertile!

Écrit par : Philippe D | 12/08/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime ce texte tout simplement; il forme une complète unité avec le précédent.

Écrit par : MULLER Géraldine | 18/08/2009

Répondre à ce commentaire

Me voici, bien retard sur l'événement, amené par toi, jusqu'ici. Un rupture aussi personnelle est bien difficile à évoquer, mais tu le fais avec tant de poésie et de tact. Comment ne pas être sensible à cet amour qui te quitte et dont tu gardes en toi, une trace indélébile. C'est très beau.Mais, qu’est-ce que c'est triste !
Revenant à ces deux êtres enlacés, de pierre et de bois, en effet, ils me rappellent quelque chose.
Belle journée à toi,

Amicalement.

Roger

Écrit par : roger DAUTAIS | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Comme disait Musset, "les chants désespérés sont les chants les plus beaux" parfois il faut pourtant sortir de cette spirale et créer de la joie voire de l'insouciance :-) Merci Roger, amicalement !

Écrit par : saravati | 14/02/2013

Les commentaires sont fermés.