31/07/2009

Pirate d’écriture



Vous êtes dangereux

Vos armes sont les mots
Plus ils sont tendres, plus ils sont redoutables

Plus ils sont cinglants
Plus ils me dérivent

Que faire ?
J’ai laissé mon armure au vestiaire

13:30 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (9) | Tags : pouvoir des mots, ecriture, danger | Lien permanent

Commentaires

J'ai les clés du vestiaire, au cas où...

Écrit par : Chr. Borhen | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Et moi, celle des champs. Je viens vous remercier ici pour votre commentaire déposé en triple exemplaires. J'ai la flemme de le faire chez moi. Sympa votre armurerie.

Écrit par : Blog_trotter | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Vos armes sont les mots! Comme c'est vrai, les mots sont des armes
j'aime beaucoup la concision et la beauté de ce texte
bon week end
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 01/08/2009

Répondre à ce commentaire

pour moi... je préfère me laisser dériver au fil des mots de l'autre. et tant pis s'ils blessent parfois, que serions-nous sans ces déchirures de l'a^me qui nous forgent justement une armure natureulle qui interviendra bien d'instinct en cas de grand danger.
bises et bon dimanche mon amie.

Écrit par : mimi | 02/08/2009

Répondre à ce commentaire

Que faire ? Que faire ?
(Question sans réponse)

Y a pas d’argent,
Y a pas d’amour,
Y a qu’de la misère
….. Que faire ?

La guerre à Lucifer ?
La tête aux « bien séants » ?
Lutter encore et toujours,
Lutter à en crever !

Y a pas d’bonheur
Tout fout l’camp,
Y a qu’des gageures
Au secours…..Maman !

L’argent pourrit la vie
A celui qui en manque,
L’amour n’est que trahisons,
On nous prend pour des cons…

… Que faire ?

Prier, invoquer, palabrer ?
Jeter des sorts ?
Il est difficile d’accepter sa route
Sans quelques plumes laisser dans la déroute.

Plumé…. À poils !
Que faire quand on est tout nu,
De tout dépourvu
Et délaissé sans aucune morale ?

Que faire ? comment faire ?
Avec qui ou quoi faire ?
Là est la sempiternelle question :
Faudrait les sentiments jeter aux lions.

Car il est là le problème,
Le bas blesse dans nos cœurs.
Heureux les insensibles, ils tiennent les rennes :
Ce sont eux les vainqueurs.

… Mais que faire lorsqu’on est généreux ? ?

Bon dimanche !
arielle

Écrit par : arielle | 02/08/2009

Répondre à ce commentaire

C'est clair.... vrai oui... la force des mots. Qu'on regrette parfois aussi. Tu as raison de les accueillir... bons ou mauvais d'ailleurs.
J'espère que tu vas bien...
Bises !

Écrit par : Or | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour ton passage sur mon blog... J'aime beaucoup la concision de ce poème; et la force qu'il dégage. Oui, les mots sont des armes; ils peuvent déterminer la vie de quelqu'un; ils peuvent emprisonner un individu dans une identité qui n'est pas la sienne...

Écrit par : MULLER Géraldine | 18/08/2009

Répondre à ce commentaire

oh là là, oui! Yourcenar, dans le coup de grâce, écrit : "une douceur affreuse"... quand un C se fait L

Écrit par : aléna | 31/03/2010

Répondre à ce commentaire

Jamais les mots ne manquent aux idées... ce sont les idées qui manquent aux mots...

Écrit par : attack | 05/07/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.