23/06/2009

On les a mis dans une grande maison

On les a mis dans une grande maison, neuve, belle, fonctionnelle, on les a entourés de jeunes visages avenants, de voix douces, de condescendance, on les a considérés comme une famille, les gavant d’aliments d’apparence saine.

Et aujourd’hui : restructuration, fusion, chamboulement, panoplie de termes économiques, tout ça pour justifier une discontinuité dans l’histoire.

On pense qu’ils sont sourds, qu’ils sont aveugles, aphasiques, agueusiques, on a changé les masques qui les encadrent et ceux qui sont, malgré tout, restés affichent une mine sévère. Restriction, réorganisation, redistribution des compétences en fonction de la distance avec la nouvelle direction, déqualification ou promotion basées sur l’arbitraire…comme toujours !

On a grignoté sur leur ration, on a grappillé sur la qualité, la maison s’est commuée en usine.
D’aucuns savent à peine s’exprimer, encore moins revendiquer. Qu’ils mangent ou ne mangent pas, c’est payé d’avance, qu’importe ! Qu’ils dorment dans la journée, qu’importe, mais surtout qu’ils dorment la nuit ! A renfort de medics, s’il le faut.
Les messages laissés par les familles inquiètes se perdent dans les longs couloirs devenus impersonnels, il faut dix fois répéter la même chose, on a l’impression de devenir aussi gâteux, à respirer cette ambiance délétère.

Le téléphone est débranché, la télé ne fonctionne pas, ils sont sourds ou presque aveugles. Ils toussent un peu, c’est normal, ils mangent trop vite et s’étranglent. A leur âge ça ne peut pas être mortel ! Parfois on les amène à des activités et on les oublie dans le couloir, dérangé par un impératif plus exigeant.

Le fumoir a été démoli, agrandissement des locaux du rez-de-chaussée. Les plus vaillants sont les fumeurs, ils ne peuvent enfumer leur chambre et vont et viennent dans la grande maison plus grande encore, ils rencontrent plein de gens, entendent plein de conversations, sont témoins d’événements inquiétants

L’un deux, vieil homme au beau visage buriné (les longues stations cigarettes, assis au soleil ) m’a tenu un étrange discours ce soir : "cabale, conspiration, des choses étranges qui ne devraient pas se passer" . Il est allé à une réunion des locataires pour dire son mécontentement et le personnel soignant habituellement absent était là, lui aussi, sans doute parce qu’ils savent que lui sait. Je n’insiste pas, en temps normal je lui dirai Vous en avez trop dit ou pas assez, alors continuez, je n’ose pas, j’ai l’impression qu’il se sent menacé, j’ai trop regardé de thrillers dans mes moments de désarroi, on est toujours influencé par ce que l’on voit même si on a un sens critique qui semble vouloir remettre l’église au milieu du village.

J’ai peur que les murs aient des oreilles et que le peu qu’il m’ait dit le pousse encore plus loin sur la liste des indésirés…
On finira par devenir parano !

Je suis triste de ce que j’ai entendu et dont j’avais inconsciemment perçu dans des signes extérieurs des ombres de véracité. Je ne ne voulais pas y croire, je me sentais plus tranquille d’imaginer qu’ils étaient bien, pour peu qu’ils étaient contents, heureux.

Je ressasse dans ma tête des événements mineurs précurseurs sans doute de cette situation dégénérative. Les faits relus avec cette grille d’analyse revue et corrigée apparaissent soudain dans leur cruelle réalité. Il suffit parfois d’un mot inattendu, échangé avec un passant dont on devient complice…et la bonne conscience bascule !

Commentaires

je viens de perdre (le deux juin) ma grand-mère paternelle et ce texte a été bouleversant à lire, merci MADAME SARAVATI
quelles notes!!!

Écrit par : Zabou | 23/06/2009

Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas eu de réveil douloureux, pas d'inquiétude, par contre mon histoire est si compliquée que des gens m'ont déjà dit d'en faire un roman mais encore mieux mourir. Pour ce que tu écris, stp, continue car c'est la rareté qui fait que j'ai envie de continuer mon blog, je t'ai déjà dit que chez moi(le blog), tout n'est qu'apparence! Merci pour ton respect ...je te le dis, il t'est réciproqué!(je ne me prends pas la tête ;-)
@+

Écrit par : Zabou | 23/06/2009

Répondre à ce commentaire

Touchant lucide et criant de réalité... j'ai eu pendant 10 jours des personnes agées comme "colocataires" et ça résonne d'autant plus à mon coeur, surtout lorsqu'on voit de quelle manière ils sont considérés et traités... écoeurant parfois... J'écris du léger mais ça ne m'empêche pas de ressentir tout cela, pourtant je suis incapable de l'écrire.
Belle journée à toi et merci pour ta visite matinale.

Écrit par : Or | 24/06/2009

Répondre à ce commentaire

un texte pareil... nous renvoie tous à nos responsabilités. ne pas tolérer même s'il est difficile de gérer nos "vieux" qui sont notre mémoire, ceux qui nous ont faits, aimés, cajolés au long de nos vies. vouloir le meilleur envers et contre tout, ne pas autoriser les petites mesquineries d'un personnel souvent sous-qualifié pensez! pour des vieilles personnes! se dire qu'un jour on sera là. souhaitons-nous être cette vieille dame à qui, plutôt que prendre le temps de lui faire manger son plat, on a tout mixé et mis dans un biberon à gros trous? de quel droit une gamine se permet-elle de tutoyer une personne qui n'en demande pas tant qu'un peu de cette considération? comme nous n'en voulons pas pour nous, refusons-le pour nos aînés. ne serait ce qu'au nom du respect si en panne d'amour hélas, si courant de nos jours!
bises amicales mon amie, passe une belle fin de journée!

Écrit par : mimi | 24/06/2009

Répondre à ce commentaire

Et pourtant avec de vieilles poussières on pourrait créer un nouvel aspirateur !

Écrit par : Sylvaine | 25/06/2009

Répondre à ce commentaire

D'abord merci pour tes visites.
Ensuite, excuse-moi pour mes passages irréguliers. Le temps toujours le temps... Je serai bientôt en vacances.
J'ai lu ton texte, un peu dure encore...
Pour l'émission de télé, tu as peut-être raison, il est évident qu'on nous dit ce qu'on veut bien nous dire. Moi, j'aime bien rester sur mon nuage et croire aux rêves. Rêve ou réalité, qu'importe, j'ai des coups de coeur et ça me fait du bien.

Écrit par : Philippe D | 25/06/2009

Répondre à ce commentaire

touchée par la manière dont tu décris les choses
avec force, et en même temps comme une plainte sourde...
(je t'ai taguée...si tu le souhaites uniquement...)

Écrit par : Coumarine | 26/06/2009

Répondre à ce commentaire

dignité ... Bonjour, merci pour ce très beau texte, c'est vrai que nous serons tous vieux un jour et nous ne voulons surtout pas être traité de cette manière cruelle...
Ils nous ont donné tellement d'amour à nous de ne pas les abandonner
Amicalement
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 27/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.