14/06/2009

Vous me faites penser à lui

Une variante du texte : Un tour de girouette.
Il m’arrive souvent d’écrire plusieurs textes sur le même sujet dans l’élan de l’imagination du moment.
Peut-être, au fond, écrit-on, toujours la même chose, les thèmes ne sont pas extensibles, et on reste prisonnier des mots, écrire c’est simplement les aligner et les colorer à sa façon. Le reste, l’originalité du propos est plus délicat : d’aucuns n’ont-ils pas dit qu’on avait déjà tout écrit ?


Vous me faites penser à lui. Tellement. Parfois. Vous écrivez comme lui aurait pu le faire. Presque.

Quand il déployait d’un geste vif sa grande cape pour y faire tournoyer les mots pour qu’ils s’envolent alentour dans une danse majestueuse et se déposent, repus, tendrement sur la délicate paroi des pages.

En vous lisant et en fermant les yeux, je pourrais presque décrypter le mouvement de ses lèvres quand il récitait ses poèmes en prose. Je pourrais presque entendre sa voix qu’il me fut donné si peu d’entendre et dont j’ai gardé intact souvenir de tessiture.

Vos mots présents ont avec ses mots passés une étrange similitude. L’avez-vous connu dans ce monde de rencontres fugaces ? Avez-vous pu le lire, lui parler, l’apprécier ?
Le connaissez-vous seulement ou cette analogie n’est-elle que le fruit du hasard, ce qu’on appelle banalement une simple coïncidence ?

De l’avoir croisé sur ma route, de l’avoir senti si proche m’a donné sorte de conviction d’une connaissance antérieure inconsciente.
De l’avoir vu disparu sans l’avoir vu disparaître m’a donné espoir que le vent tantôt propice, tantôt contraire, finit toujours par ramener la fumée à son âtre.

Et puis, au cœur de ce manque immense, vous, colporteur de mots, atterrissez chez moi comme un autre lui-même, avec des merveilles insoupçonnées dans votre besace et cette musique que je pensais avoir oubliée qui résonne agréablement dans mon espace avide.

Dites-moi, qui êtes-vous vraiment ?

11:20 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (11) | Tags : souvenir, coincidence | Lien permanent

Commentaires

Je viens de lire "Un tour de girouette" et celui-ci. Il m'arrive aussi de faire des variations sur un même thème. Ces deux textes m'interpellent. On ne se connaît pas, mais si c'était le cas, j'aurais l'impression qu'ils s'adressent à moi, je l'avoue. Ferré, lui, a écrit "on couche toujours avec des morts".
Votre prose excelle en précision d'une beauté rare, et je vous en félicite. Bonne journée à vous et bizzz

Écrit par : Edouard | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup ce texte, très évocateur. C'est une immense force que de permettre au lecteur de pouvoir s'approprier les mots ne serait-ce que le temps d'une lecture. ;)

Écrit par : Simon | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire

Tu as, aussi, tant de merveilles dans ta besace :-)
A chacun de mes passages ici, même si je reste discrète,
je me le dis.
Bisous Saravati, à bientôt

Écrit par : Loo | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire

peut être... parce que tu as en toi une quète? celle de mots dits ou écrits, une voix, une plume que tu as aimés et que tu cherches à travers une autre voix, un style d'écriture.
moi j'aimerais te connaître, savoir si ce que tu écris ressemble à ton vécu. bien sûr je n'attends pas que tu donnes suite à ce que je dis là, c'est simplement un désir:)!
je t'embrasse mon amie! à bientôt!

Écrit par : mimi | 15/06/2009

Répondre à ce commentaire

quel plaisir! tu es à l'honneur -et c'est si justifié- dans
http://toutsurles.skynetblogs.be
félicitations et belle journée mon amie:)!

Écrit par : mimi | 16/06/2009

Répondre à ce commentaire

j'aime beaucoup et je trouve ton talent inné!

Écrit par : Zabou | 19/06/2009

Répondre à ce commentaire

une musique oubliée Bonjour
Une musique lointaine (une madeleine de proust)
et le passé ressurgit ...
très beau texte
merci pour le gentil commentaire sur mon blog
Amicalement
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 19/06/2009

Répondre à ce commentaire

Félicitations car tu es mise à l'honneur dans "tout sur les blogs"; merci pour ton passage sur mon blog; j'ai lu ton texte Tour de girouette la semaine dernière sans laisser trace de mon passage et je trouve que l'énigme qu'il recèle est pure, belle; un joyau tout simplement;
à très bientôt;
bises amicales
Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 21/06/2009

Répondre à ce commentaire

au contraire, il faut jouer avec les mots, les composer , les décomposer et les recomposer tel un musicien qui crée une nouvelle musique avec toujours les mêmes notes mais le nombre de composition est infini !
Nous sommes-nous déjà rencontrés ? peut-être ? dans un autre monde ? dans une vie ? sensation souvent éprouvée... mais où l'ai déjà vu ?
Bravo pour tes textes qui font réfléchir, qui font écrire, qui font.....
Merci et à bientôt !

Écrit par : nestor | 21/06/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour le gentil petit mot que tu es venue - toujours aussi délicatement - déposer au creux de mon blog. C'est un rafraîchissement pour l'âme de savoir qu'on est ainsi suivie et appréciée. Merci pour ta sensibilité toute en finesse qui me réconcilie avec un monde rugueux, inhumain, ces derniers temps. Difficile d'écrire lorsque l'environnement est déplaisant et que la vie se dépouille de son sens.
C'est toujours un plaisir de vagabonder entre les pages de ton univers. Bravo de tenir la plume envers et contre tout. L'équilibre et l'hygiène mentale de notre société dépendent des poètes comme toi.

Écrit par : Nad | 23/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je viens de lire cette variation à deux temps... et j'ai aimé cette atmosphère de mystère. forcément tous ces messieurs cogitent et ça m'amuse... Comment être sûr, dans le virtuel rien ne l'est jamais vraiment. C'est au son des cigales que je te souhaite une excellente journée !!!

Écrit par : Or | 24/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.