02/05/2009

Créer des histoires

Je voudrais créer, créer des histoires qui ne me ressemblent en rien, semer le trouble dans les esprits qui voient mes paroles comme l’expression de mon âme, qu’ils sachent enfin que je suis capable de m’évader de mon enveloppe physique et mentale et revêtir d’autres habits, respirer d’autres atomes, survoler d’autres continents.


Faire fi une fois pour toutes de sentiments auxquels je ne crois pas vraiment. Relent de romantisme. Oublier les rendez-vous fous que je me suis imaginé presque au seuil de ma réalité.


Me détacher de tout cet attirail qui m’encombre aujourd’hui, envahit mes pensées sans que je puisse l’orienter, casser cet état de dépendance, de vaine sentimentalité.


Assurer d’être seule avec moi-même, sans regrets, sans tristesse, sans frustration.

Ne plus chercher de traces ni ici ni ailleurs, ne plus attendre de signes quels qu’ils soient.


Quiétude absolue.

Seras-tu créativité ou néant ?

12:14 Écrit par Saravati dans Dérives fictionnelles | Commentaires (10) | Lien permanent

Commentaires

La dualité me confondra toujours; être l'instant dans l'éternité, le présent dans l'absence. Le néant est l'attirance absolue post mortem. La création l'essence de mon existence.

Écrit par : Sylvaine | 02/05/2009

Répondre à ce commentaire

bonjour mon amie! je repasserai te lire parce que tu n'es pas une personne qu'on "survole" parmi les blogs. simplement et malgré mon absence te remercier de ton passage et de ta générosité.
mais je suis hospitalisée en ce moment donc, à part quelques permissions, peu de temps. mais tu le sais je finis par tout lire avec un immense plaisir. alors amicale pensée et à trés bientôt!

Écrit par : mimi | 02/05/2009

Répondre à ce commentaire

Révélation " Faire fi une fois pour toutes de sentiments auxquels je ne crois pas vraiment. Relent de romantisme. "

Enfin une personne sérieuse.

Écrit par : Chr. Borhen | 03/05/2009

Répondre à ce commentaire

l'un et l'autre Ce texte me touche beaucoup.
Merci à toi.

Écrit par : helenablue | 04/05/2009

Répondre à ce commentaire

inventer un nouveau monde, un monde parallèle... beau défi !
bravo pour ton texte !

Écrit par : nestor | 04/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je crois que semer le trouble dans les esprits, ça, tu le fais sans problèmes, je te l'ai déjà signalé je pense.
Fiction ou réalité? On ne sait pas toujours faire la différence. Et s'il est vrai qu'on met une part de soi dans ce qu'on écrit, alors, on ne doit pas être très éloigné de la réalité.

Écrit par : Philippe D | 05/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je trouve que si tout emmêler est le but de ce texte, il est d'une grande réussite et bel et bien atteint.
Voilà.
Bonne fin de journée!

Écrit par : zabou | 06/05/2009

Répondre à ce commentaire

voilà!!! j'ai regagné mes pénates, pas mieux ni pire! et je suis en convalescence mais je suis toujours la mimi de blog à 4 mains! simplement j'ai voulu me créer un espace pour pouvoir parler enfin de moi et de toutes ces choses que j'aime dont je ne peux parler sur un blog consacré exclusivement à la poésie ou presque!
parce que vois-tu, à l'inverse de ce que tu exprimes dans ce texte, mes poésies ne disent rien de moi. bon, pas tout à fait vrai parce que quand on écrit, on met un peu de soi toujours. mais j'essaie d'exprimer des espaces qui ne soient pas les miens, des moments volés aux autres, entrer dans la peau de l'autre mais avec ma propre sensibilité quand même donc...
je repasse demain pour lire un autre de tes textes pour combler mon retard.
trés amicalement à toi!

Écrit par : mimi | 06/05/2009

Répondre à ce commentaire

Hello un très grand merci pour le comm et pour mon texte et ton interprétation, chapeau;-)

Écrit par : zabou | 07/05/2009

Répondre à ce commentaire

C'est un beau pacte de sincérité, un hymne à la vérité derrière ce jeu de masques que constitue la littérature et plus spécialement l'acte d'écrire. Finalement le masque est révélateur et tu l's très bien exprimé dans ce poème.
Amicalement

Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 07/05/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.