14/04/2009

Filles en pleurs…

Elle pleurait tout son saoul sur le bord de son lit rose
Vais lui offrir des dizaines de mouchoirs
Avait-il écrit dans un sursaut pseudo-poétique
Elle pleurait sans répit
Sur cet amour déjà impossible
Sur leurs caractères trempés dans l’acier
Prémices de leurs affrontements futurs

Une attirance fiévreuse
Pouvait-elle suffire
Pour tisser leur avenir
La fièvre brûle, consume
Et l’attirance, jalouse de tout
Corrompt l’existence…

La bonne fée si souvent évoquée
À l’époque des jeunes filles romantiques
S’était donc une fois de plus fourvoyée
Erreur de programmation   
Destin perfide, déviation

Des années plus tard
A l’ère des ondes
Qui mettent en communication
Avec le monde
Il existe encore des jeunes filles en pleurs
Elles pleurent depuis si longtemps
Qu’elles ignorent jusqu’à l’origine de leurs tourments
Elles pleurent leur amour impossible, futile ou rageur
Cet amour, ombre gracile de sentiments que l’on prétend forts

Tourmenté par la méfiance et la sécheresse 
Racle leur vitalité
Attise encore la fièvre

Elles pleurent encore et par réflexe
Par habitude ou simplement
Pour se donner raison d’exister pour quelqu’un

La poésie a quitté leur monde
Elle n’est plus qu’un lambeau posé là sur l’étoffe effilochée des mots

19:08 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (6) | Tags : amour, filles, fievre, pleurs | Lien permanent

Commentaires

Mais qui sans amour existe, Saravati ?
(a dit Gainsbourg)
Ou comment ?
Moi je n'y arrive pas...sans amour, oui,
mais pas sans Amour... et pourtant quelle utopie...
Mais quel beau texte encore,
bisous Saravati :-)

Écrit par : Loo | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir, tres joli texte, j'aime beaucoup ! Tu es debordée de boulot, nous ne parlons plus souvent, mon voyage avance à grand pas et j'en suis heureuse...gros bisous et à bientôt

Écrit par : sylvie | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

Un joli texte avec une expression qui me plait bcp : "l'étoffe effilochée des mots".
Merci pour l'acrostiche.

Écrit par : Philippe D | 14/04/2009

Répondre à ce commentaire

heureusement! il existera toujours des jeunes fille spour pleurer sur des amours impossibles ou qu'elles croient tels, quels que deviennent les modes de communication et quelle que soit la cruauté de notre monde.
mais au moins ces trois jours de vacances se sont-ils bien passés en fin de compte???
quel soleil, quel beau temps, je m'en repaîs:)!
bonne journée mon amie.

Écrit par : mimi | 15/04/2009

Répondre à ce commentaire

Ne serait-ce pas plutôt le monde qui a quitté la poésie ?

Écrit par : Chr. Borhen | 16/04/2009

Répondre à ce commentaire

Quel superbe texte sur les pièges du romantisme et sur la pérennité du chagrin amoureux!
J'adore!

Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 18/04/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.