26/02/2009

Partir…

toile araig nb9049 3

 

Je ne vois pas la route
Elle s’est effacée quand j’ai ouvert la porte
Je n’entends plus la voix
Dès que je me suis approché
Elle s’est tue

Je ne crains plus rien que le silence
Et le silence est aujourd’hui ma vie
Il pénètre dans mes veinules
Asphyxie mon cœur
Estompe mon énergie.

Vivre au ralenti
A côté de son ombre
A l’heure où elle devient presque transparente
Inconsistante, inutile
Vivre le néant
Est-ce vivre encore ?

Je regarde une dernière fois par la fenêtre
Une nature devenue étrange
Devenue étrangère
Devenue brouillard

Je ne me souviens plus des traits de ceux que j’aime
Je devrais dire que j’ai aimés
Dans quel univers leur souvenir flou s’est-il glissé ?
Vivre sans chaleur
Est-ce vivre encore ?

Quand je m’éveillerai
Je ne sais dans quel monde
Aura atterri mon âme
Mais mon cœur, mon pauvre cœur
Sonne aujourd’hui le glas de mes espoirs
Vivre sans cœur
Est-ce vivre encore ?

Déjà la fatigue envahit tout mon espace mental
Alors s’endormir, s’éteindre, s’effacer
Plus tôt ou plus tard, qu’importe

 

A ceux qui un jour disparaissent sans crier gare...

A ceux qui restent ici confrontés soudain à leur absence...

19:47 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (10) | Tags : solitude, desespoir, silence, suicide | Lien permanent

Commentaires

Que vous souhaiter sinon de ne plus avoir à vous poser ces questions aux suspens douloureux...
Oui, cela, je vous le souhaite de tout coeur. Allez, faites-moi un sourire s'il vous plaît :)

Écrit par : martin | 26/02/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai lu chez Mimi... que tu avais écrit en pensant à son fils...
C'est beau, mais triste ce que tu écris ici
Comme la douleur infinie de perdre celui ou celle qu'on aime...
Bises Saravati

Écrit par : Coumarine | 26/02/2009

Répondre à ce commentaire

Chère amie si sensible. Tes textes sont beaux et touchants mais je souhaite moi aussi qu'un sourire s'accroche à ton coeur.

Écrit par : Angelina | 27/02/2009

Répondre à ce commentaire

Il faut bien partir un jour et tout abandonner. Alors que ce soit le plus dignement possible!

Écrit par : Philippe D | 27/02/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour, tout à l'heure j'etais tres heureuse, je repars triste...tres triste....gros gros bisous

Écrit par : sylvie | 28/02/2009

Répondre à ce commentaire

Une très belle élégie... si touchante qui évoque bien cette succession de départs, de "morts" qu'est la Vie... Vraiment très beau; c'est triste mais la tristesse fait partie de la beauté et il ne faut pas lutter contre elle, il faut l'accepter, je pense, c'est le meilleur moyen de la laisser passer sans jugement...

Je sens que je fais fausse route avec ce concours; je ne veux pas m'y remettre en attendant les résultats d'admissibilité.
Je préfère nettement la littérature pour le plaisir.

A bientôt de se lire et de s'écrire; je te souhaite plein de bonnes choses cette semaine!

Bien amicalement,

Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 01/03/2009

Répondre à ce commentaire

Je voulais aussi te dire... Ecris! Ecris encore! Ecris toujours, Saravati! ça aide tellement... Et tu as une voix profonde qui résonne...

Écrit par : MULLER Géraldine | 01/03/2009

Répondre à ce commentaire

vraiment très beau !

Écrit par : nestor | 02/03/2009

Répondre à ce commentaire

houlà! j'allais partir (décidément) quand j'ai vu ce post que j'ai râté. triste oui, un peu de vécu pour moi il y a peu par le départ du fils de mon amie. mais la vie est ainsi qu'il faut continuer de mettre un pas devant l'autre. le chemin est difficile parfois mais on fait de son mieux!
que de sensibilité ici!!

Écrit par : mimi | 03/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ Martin
Même ailleurs, au-delà des questions, la vie continue, il suffit parfois d'un sourire pour qu'elle apparaisse plus belle. Merci à vous.

@ Angelina, Coumarine, Sylvie, Géraldine
Y aurait-il plus de poésie, de beauté dans la tristesse que dans la joie ?
La mort, hélas, fait partie de nos vies et relativise notre passage ici.

@ Mimi
Un vent défavorable souffle sur les coeurs et rend pour certains leur vie insupportable, ils ne peuvent imaginer le vide immense qu'ils laissent derrière eux. mais quand on a mal, on est toujours seul.

Écrit par : Saravati | 13/03/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.