12/02/2009

Je vous ai cherché

 

Nouvelle exposition plan d'eau feuille copenh 9260

Je vous ai aimé comme le vent dans les branches de sassafras
Comme autant en emporte le vent
Comme le Grand Meaulnes dans les bois de Sologne
Comme un paradis perdu au milieu d’un pays devenu désert

Je vous ai cherché partout

J’avais déjà la prescience de votre existence
Quand il y a des années, un soir d’été, heureuse et enfin consciente de l’être, je me suis couchée sur un banc
Pour regarder les étoiles poindre une à une dans le ciel s’obscurcissant et rester ainsi durant un moment découpé sous la voûte bleu de nuit

Je vous ai cherché au sommet de la montagne quand le vertige me venait de tomber vers vous attirée par l’abîme ultime

Au cœur de la nuit nordique, vous aurore boréale

Au cœur de la pluie, vous, crépitement de gouttes sur la vitre

Au cœur de l’orage, vous, silence apaisant d’entre les éclairs

Je vous ai trouvé quelquefois, parfois…à peine, vous ombre vacillante entre deux segments de réalité.

J’ai essayé de vous toucher, je savais qu’à la première occasion, au premier froissement, vous vous déroberiez

J’ai pensé que vous n’étiez qu’une création de mon esprit, vous, la solitude à la rencontre de ma solitude originelle
Inventée pour me donner raison d’exister, raison de rêver, raison de me fabriquer mon stock d’illusions indispensable à ma survie

Je vous ai cherché, je vous cherche encore et vous chercherai jusqu’à extinction

Je vous aime encore aujourd’hui, et demain, à moins de n’être plus…et encore !

19:30 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (6) | Lien permanent

Commentaires

Bonjour Très beau texte qui laisse rêveur, enfin rêveuse pour moi...LOL Nous avons tous un jardin d'amour secret, à la limite du rêve et de la réalité.
Je préfère enfuir loin de moi tout ceci et revenir sur la terre, à la réalité avec mon petit mari, même si c'est moins parfait, c'est plus réel.
Je te souhaite une bonne fin de semaine. Que ce vendredi 13 te porte chance, et que le weekend qui pointe le bout de son nez à l'horizon soit placé sous une bonne lune.
Bisous.

Écrit par : SOLEDAD | 13/02/2009

Répondre à ce commentaire

Pourquoi nous chercher partout? Il suffisait de nous appeler et nous serions venus.
Joli texte.
Bon weekend.

Écrit par : Philippe D | 13/02/2009

Répondre à ce commentaire

Quel beau texte, Saravati...aérien et nostalgique, comme cet impondérable recherché partout et nulle part, jamais trouvé, approché parfois de si près, et puis qui s'effiloche aussi vite...
Ces mots me laissent rêveuse...
Bon WE , peut-être ensoleillé

Écrit par : Coumarine | 13/02/2009

Répondre à ce commentaire

j'oubliais...bon nouveau travail avec les gens charmants...
et à bientôt!

Écrit par : Coumarine | 14/02/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai hésité avant de mettre un commentaire sur ce superbe texte, mais je reviens pour dire que je ne mets pas de commentaire car je n'ose....... ;-)

Écrit par : Angelina | 17/02/2009

Répondre à ce commentaire

c'est exactement çà! et on trouve cette personne qu'on cherche tant mais dispersée, par fragments, en d'autres personnes qu'on se prend à idéaliser. on croit avoir trouvé et puis non finalement, la réalité nous rattrape parce qu'en fait nous cherchons le rêve, l'idéal qui ne saurait exister car alors, comment se séparer à la fin du voyage?
touchant et émouvant!

Écrit par : mimi | 20/02/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.