02/01/2009

Des câlins spontanés

Je devais manquer cruellement d’affection ce soir. A attendre un signe qui, comme d’habitude, ne viendrait pas. A savoir que malgré l’effervescence autour de moi, je sentirais le poids classique de la solitude.

Alors quand ma fille est revenue avec son copain et son rat – ou vice-versa - , passage en coup de vent, le plus perturbant des coups quoique pas douloureux, je me suis empressée d’aller délivrer mon ami à quatre pattes que je n’avais plus vu depuis huit jours.
Avec lui, pas de chichis, pas de craintes de fausses manœuvres, de vulnérabilité affective.

Je peux, en toute quiétude et sans crainte de représailles, être aussi spontanée que lui. Il ne calcule pas, il vient vers moi, pour peu il me sourit.
Je l’ai délicatement fait voler dans les airs avec ma main comme porte-avion et je l’ai déposé sur mon épaule en allant m’asseoir devant (ou derrière, je n’ai jamais su me situer par rapport à cette chose) mon ordi pour terminer un travail.
Des petites léchades dans le cou ou sur la joue explicitent sa joie d’être avec moi. Il est simplement adorable. Il a passé la soirée à me cajoler tout en me donnant des conseils avisés sur l’orientation de mes travaux et en relativisant ma sensation de solitude. J’en ai même oublié d’aller voir mes mails, d’éventuelles bonnes nouvelles ou l'assurance d’être oubliée quelque part.

Mais horreur, il va falloir le remettre dans sa cage.

Si ma maison était une cellule dégarnie, je pourrais le laisser aller en totale liberté.

Mais, hélas, mon proche entourage n’a aucune sympathie pour l’agent rongeur (ou la gent rongeuse) qui a déjà détruit ses vêtements les plus précieux (quelques petits trous d’aération, seulement !) ou grignoté les coins de ses livres les plus rares (il a eu la délicatesse de ne pas s’attaquer à l’encre, alors que d’habitude il est friand de produits chimiques !). Mon proche entourage ne pardonne pas au nouvel ennemi ces erreurs magistrales et la guerre froide reste de mise.
Alors, petite bestiole affectueuse, il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Je l’ai déjà déclaré : je n’aime pas les animaux de compagnie en cage et sans compagnie. Ce sont presque des potiches mobiles que l’on aère quand bon nous semble.

Et pourtant, je sais que si ma fille ne l’avait pas choisi comme compagnon prisonnier, il serait sans doute resté sous une pile de cages à se morfondre sur le pourquoi de son existence, dans quelque sombre animalerie.

Alors, moi aussi, je suis philosophe : cette solution est un moindre mal, je pense, et sous  ses chatouilles, j’oublie et la fatigue et l’ennui.

21:31 Écrit par Saravati dans Tranches de famille | Commentaires (10) | Lien permanent

Commentaires

aucun animal chez moi! mais je suis asthmatique. ce n'est pas un alibi, je les adore! j'ai eu de tout avant... maintenant je me contente de ceux de mes enfants et petits enfants: quelle affection ils savent donner. j'ai eu des rongeurs aussi: Lucien le lapin, Benoit le cochon d'inde... les seuls animaux que je en supporte pas de voir domestiquer sont les oiseaux. leur couper les ailes ne serait pas plus cruel que les mettre en cage. même les poissons restent dans leur élément!
bonne journée et puis we au fait, on est samedi! je suis perdue moi avec ces fêtes!

Écrit par : mimi | 03/01/2009

Répondre à ce commentaire

Tu me rappelles des bons souvenirs de la "Rasta" de ma fille, qui nous faisait la fête et des bisous. Parfois, elle s'échappait de sa cage, rarement fermée et venait nous surprendre dans le lit. Elle était propre et obéissante, parfois, c'est moi qui la promenait en ville, cachée dans ma manche ou dans mon cou, j'adorais cette petite rate. Je comprends que tu craques sur ton petit compagnon. Ils sont intelligents et affectueux.

Écrit par : Angelina | 03/01/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir! Merci pour tes bons voeux! Je te souhaite à mon tour une excellente année 2009 -pleine d'Amour, sous toutes ses formes, et de Santé car c'est aussi le plus important.
Je viens de lire tes textes récents et je les trouve très intéressants, très beaux. Je partage tout à fait ta vision sur les fêtes de fin d'année; j'ai été très touchée par Spleen et surtout Transfuges et ton texte sur ton ami le rat est si vrai -une vérité véhiculée avec beaucoup de finesse et d'humour! L'amour que nous portent les animaux est le seul amour inconditionnel. Mon blog fut mis en suspens -tournée familiale oblige- je te remercie pour ton commentaire. Il est vrai que trop rêver empêche de vivre; ma vie sentimentale me l'a bien enseignée par le passé mais tu sais, ces textes à la deuxième personne s'adressent à l'Autre, un Autre -pas forcément de chair- peut-être divin... Pour l'instant je cherche... nous cherchons tous quelque chose, quelqu'un... Mais "ne chercherions-nous pas si nous n'avions déjà trouvé?" (Pascal)
Je te renouvelle mes souhaits pour une année 2009 pleine d'inspiration poétique et littéraire!
Bien amicalement
Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 03/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je souris,j'ai envie de dire tant mieux ! Tant mieux si ce rogeur t'a apporté ces instants de bonheurs, cette présence qui t'a réconfortée.
Ton texte est très beau parce qu'il parle d'amour
:-))
J'en profite dans cette rencontre pour te souhaiter une bonne Année 2009, avec tout ce que tu désires.

Écrit par : lidia | 03/01/2009

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que les animaux sont mieux en liberté qu'en cage. Mais ce n'est pas toujours possible de les laisser libre. Et les animaux de compagnie sont comme on les nomme si bien une compagnie pour les gens seuls.
Mais un rat! Un rat tout laid à la longue queue! Quelle horreur! Ce n'est pas de la nourriture pour chats, ça?

Écrit par : Philippe D | 04/01/2009

Répondre à ce commentaire

A philippe Je ne vois pas ce que tu reproches à cet adorable rongeur hormis sa queue rose qui n'est pas, certes, son meilleur atout : le rat est un animal curieux, extrêmement intelligent, social, joueur, affectueux...et confiant. Je ne parle pas des rats sauvages, bien sûr!
Il faut dépasser le préjugé que l'on a à l'égard de ces animaux.

Écrit par : Saravati | 05/01/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Après une si longue absence, mon retour enfin dans la blogosphère et c’est avec grand plaisir que je vous souhaite tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle année.

Écrit par : Mathilde | 05/01/2009

Répondre à ce commentaire

Les seuls animaux que j'ai chez moi sont les fourmis et quelques cafards de temps en temps... c'est le propre de la Réunion.... ce n'est pas que je ne les aime pas, c'est parce que je les aime que je n'en veux pas... eh oui, paradoxal ? Non, car on habite sur une île, il est très difficile de prendre l'avion avec un animal domestique.... et le mettre en cage pendant 12 heures !.... eh oui, l'homme est bien en cage pendant 11 heures de vol.... mais ce n'est pas une raison pour le faire subir à un animal....
Bonne journée et mes amitiés à ton quadripède et à sa maîtresse....

Écrit par : nestor | 05/01/2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Il paraît -mais c'est certain, des études scientifiques l'ont prouvé- que le rat est aussi intelligent que l'homme!
A bientôt
Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 05/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai suivi tes liens jusqu'ici et me réjoui de ce texte qui me parle particulièrement.
Oui, affection, tendresse, et simplicité... il ne demande rien de plus que ce qu'ils donnent.
J'aime bien ta façon d'écrire.
Je prendrais du temps aujourd'hui pour me balader chez toi.
A bientôt

Écrit par : pakita | 28/01/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.