12/12/2008

le poète que j'aimais

ciel rouge arbre lune red 1

 

Je me souviens des bribes de poésies que le poète que j’aimais me susurrait à l’oreille.

Sans avoir de connaissance particulière en la matière, je pressentais la rythmique des mots, la fluidité des sons, la profondeur des pensées exprimées.

C’était, il est vrai, une époque de rencontres hors de la matérialité du temps, hors du poids démesuré des habitudes.

La vie dans sa banalité a ensuite repris le dessus.
D’avoir perdu la maîtrise du temps, d’être engloutie par les contraintes d’un milieu professionnel prosaïque, je suis devenue peu à peu imperméable aux connotations poétiques. J’ai oublié les doux émois de la créativité.

Aujourd’hui, loin de tout ce qui constitua ma vie pendant des années et sans doute plus lucide, je me souviens des paroles d’un poète que j’aimais. Quelques phrases éparses par ci, par là chantent au fond de ma mémoire.
Aujourd’hui peut-être vais-je enfin redécouvrir la musique des mots.

Il était une fois un poète que j’aimais…

11:04 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (7) | Lien permanent

Commentaires

ah l'amour ! Je n'ai pas l'impression que tu aies oublié la musique des mots. Les phrases que ton poète a semées dans ta mémoire ont fleuri dans tes textes. Bonne journée.

Écrit par : Angelina | 12/12/2008

Répondre à ce commentaire

coucou, en ce moment tu as beaucoup d'inspiration, c'est un plaisir de te lire..bisous

Écrit par : s | 12/12/2008

Répondre à ce commentaire

la musique des mots... c'est à mon sens ce qu'il y a de plus joli dans la poésie. mais est-elle la même pour tous? par exemple, quand j'écris c'est généralement sur une musique, non pas existante mais une musique qui se faufile dans ma tête, je ne trouverais pas de mots sans cette musique que je m'invente, ce rythme. mais la personne qui va me lire et qui n'a pas cette musique, quelle est celle qu'elle entend? en entend-elle une simplement? nous n'avons pas tous le même rythme de lecture! ce serait ce que là, nous n'avons pas la même perception du texte.
ainsi, un ami m'avait proposé de mettre quelques textes sur des mélodies et lire mes textes. quand il s'est agi de lui envoyer les textes de mon choix pour tenter l'expérience j'ai reculé: j'ai craint de ne pas me reconnaître dans la musique choisie par un autre. c'est idiot et égoïste je crois.
enfi, là je parle de musique dans le sens littéral du terme, peut être ne s'agit-il pas de la même chose dans tes propos:)?
je te souhaite une bonne soirée et puis we aussi! à bientôt!

Écrit par : mimi | 13/12/2008

Répondre à ce commentaire

Un très beau poème en prose... Continue à écrire! Tu ne manques pas d'inspiration! Il est des gens qui marquent à jamais notre vie et qui mettent à jour les trésors uniques de nos talents cachés que, -par ignorance ou parce le quotidien nous envahit au point de nous submerger de ses tracas- nous ne nous étions pas révélés. Mais heureusement, ces "bonnes étoiles" se trouvent sur notre chemin de vie pour l'éclairer davantage! Le bonheur est de faire ce que l'on aime!
Je te souhaite un bon week-end;
amicalement;
Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 13/12/2008

Répondre à ce commentaire

"Imperméable aux connotations poétiques", ça j'en doute.
Tu n'as jamais oublié la musique des mots. Je dirais même que tu mets les mots en musique tel un maestro!
Pas besoin de connaissances particulières pour aimer les mots, il est vrai. Les mots touchent ou laissent indifférent. Rien n'explique cela. Et peut-on expliquer cette musique qui sort de la plume d'un poème.
J'aime ton texte et la photo qui l'illustre.

Écrit par : Philippe D | 14/12/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour, C'est vrai que le poème est comme une partition de musique, mais à la place des notes, des mots.
Mais peu importe la manière, les mots sonnent comme les notes de musique, parfois disparates,mais la musique est là aussi.
Je te souhaite une bonne fin de journée et une bonne semaine; Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 15/12/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour, merci pour votre joli message sur Les Minutes célibataires. Je vous découvre aussi. Votre poème m'évoque la disparition d'un poète que j'aimais, Jacques Izoard.

Écrit par : minutes | 19/12/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.