05/12/2008

A une étoile nommée PIERRE DE LUNE

Dans ton dernier message, juste avant ton départ d’ici, tu disais :
Les mots s’enfuient et ne reviendront pas de sitôt. 

lune maison 2 red
Pierre de lune, ce texte - je l’ai gardé-  sonne comme un testament, mais comme les chats, nous pouvons sans doute avoir plusieurs vies.

Je ne te connais pas assez et je n’ai nullement le droit ni l’intention de te retenir dans cet univers factice, mais ce que j’ai connu de toi à travers tes textes et tes commentaires avisés ne me donnait nullement une image négative, quelques coups de spleen parfois, beaucoup d’humour surtout, de l’autodérision encore.
Une sincérité rare et précieuse que tu savais élargir jusqu’à nous.

La maladie t’a fait entrapercevoir une autre facette de toi, a restauré plus encore ce goût de vivre, même si c’est différemment. La sensibilité dont tu imprègnais tes textes est toujours là, touchante et belle. A l’image de cette lumière dorée d’après l’orage qui relève les contours du ciel.

Je te souhaite bonne route, j’espère te rencontrer au détour de ton nouveau chemin.

22:29 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (4) | Lien permanent

Commentaires

Ce texte est superbe... bouleversant de mélancolie! un bel hommage! Moi aussi j'aimais bien le site de Pierre de Lune; c'est toujours triste quand un blog se referme...
Mais je l'ai lu hier -pour un peu d'espoir- : "une porte qui se ferme, c'est une autre qui s'ouvre" James Van Praagh. Alors... les mots de toute façon laissent leur trace. Et on trouve de très belles choses sur les blogs; des trésors parfois.
Ton écriture est toujours aussi fine; elle saisit un état d'âme, un moment, j'aime beaucoup...
Amicalement
Géraldine

Écrit par : MULLER Géraldine | 06/12/2008

Répondre à ce commentaire

Bonsoir l'amie, Et oui, les êtres passent dans notre vie, puis un jour pour quelques raisons que ce soit, l'être s'en va. Mais l'important, ce sont les choses partagées, les échanges, les bons moments.
L'important, c'est ce qu'on retient d'une relation.
Je te souhaite une bonne fin de weekend, tout en douceur, avec de la chaleur dans le cœur pour oublier la grisaille extérieure.
Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 06/12/2008

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Il arrive parfois ces disparitions alors que l'on croit que tout va durer toujours..

Toujours et jamais sont les mots inutiles de la langue française.

C'est un hommage émouvant avec une écriture comme j'aime.

Bonne soirée à vous, je vous croise parfois chez Philippe D.

Écrit par : Mathilde | 08/12/2008

Répondre à ce commentaire

quel dommage! voilà que je regrette, j'ai le sentiment en te lisant que je suis passée à côté de quelque chose, de quelqu'un!
on a souvent des regrets de ce genre avec les amis qui décident de cesser leur blog mais la vie parfois... que dire? il y a une personne comme çà raconte moi une histoire, qui nous contait des petites merveilles une fois par semaine puis pffft! sans prévenir, on ne sait pas, lui est-il arrivé quelque chose, s'est-elle lassée? çà laisse un vide et on n'y peut rien!

http://libres2.skyetblogs.be

Écrit par : mimi | 09/12/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.