20/11/2008

De liens qui se nouent qui se dénouent

Redimensionnement de IMG_8052

 

C’est difficile de choisir ses liens au milieu de ces kyrielles de blogueurs.

Parfois, une étoile filante vient éclairer notre ciel, nous éclairant de sa belle réflexion littéraire, elle dépose des filets d’or dans l’escarcelle des mots, elle nous réchauffe le cœur, fait briller au coin de nos paupières, une larme transparente d’émotion.
Parfois, c’est un grand souffle de rire qui nous secoue ou, plus délicat, un sourire que l’on voit poindre entre deux lignes.
Parfois ce sont des touches de métaphysique qui réveillent en nous des questions enfouies.
Parfois un regard vif ou révolté sur notre environnement nous fait prendre conscience d’une réalité à autre facette.

Mais comme toute chose en ce bas monde, il n’y a pas de garantie de constance dans la qualité de nos écrits. Ils suivent le fil de l’inspiration, de la lumière ambiante, de nos humeurs chagrines ou rieuses.
Parfois, ils tombent sombrement comme un coup d’épée dans l’eau, n’éveillant autour de nous qu’une ombre de vains ricochets…

Oui, nous devons être indulgents envers nous-mêmes et envers tous nos amis qui nous écrivent et nous lisent. Il est des aspects de nos amis virtuels que nous aimons moins ou que nous ne percevons pas, ou simplement que nous ne comprenons pas.

Il y a des jours de grande solitude sèche où nous tenons pourtant à exprimer des ersatz de pensées, des poésies qui sonnent creux et ne touchent pas, des blagues qui ne font rire personne, des causticités amères qui laissent un arrière goût désagréable.

Mais cette grande communauté de partage crée aussi des obligations de feedbacks. C’est notre silence alors qui tient lieu de désapprobation, car nous sommes trop engagés par rapport aux personnes pour dire vraiment ce que nous pensons.

C’est parfois dommage car c’est en nous montrant mutuellement nos faiblesses et nos limites que notre entourage nous aide à bonifier.

Alors un seul remède : l’authenticité,avec le prix à payer qui peut être aussi le fait d’être moins aimé !

11:41 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (6) | Lien permanent

Commentaires

Un ami blogger me disait qu'il faut écrire d'abord pour soi et tant mieux si les autres trouvent du plaisir à nous lire. C'est ce qui m'a motivée à oser écrire. Maintenant, chaque fois que je mets un texte, je me dis "qu'il soit bon ou mauvais, c'est ce que j'ai eu envie d'exprimer et tant mieux si d'autres l'apprécient".
En tout cas, je passe toujours te lire avec plaisir. Que tes mot me touchent ou m'amusent, ils m'enrichissent toujours un peu plus. Merci.

Écrit par : Angelina | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

Beau texte très juste. On y sent que vous auriez bien d'autres choses à dire encore, avec une même acuité d'analyse...
:)

Écrit par : martin | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

je rejoins martin sur la justesse de ce texte ...
et je ressens aussi cette obligation de feed-back , mais ans en souffrir , je crois bien , oui que l'authenticité est la meilleure des réactions même si parfois elle provoque des retours un peu difficiles !
et puis il faut une confiance aussi ...

mais tout cela fait avancer finalement ...

j'en profite pour vous remercier de vos mots chez moi , ils me touchent .

à bientôt
helena

Écrit par : helenablue | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je me demande ce qui a suscité l'envie d'écrire ce texte. Qu'est-ce qui vous a plongé dans une telle réflexion? Mais ce texte sonne juste!
Difficile de dire les choses sans blesser. Les paroles sont parfois mal interprétées.
Les mots peuvent être agréables ou blessants. On en fait ce qu'on veut!

Écrit par : Philippe D | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

bonsoir, je suis pour la franchise , pas toujours facile à dire ou a entendre c'est vrai, mais pour moi c'est une grande qualité
gros bisous

Écrit par : sylvie | 20/11/2008

Répondre à ce commentaire

Merci à vous tous pour vos billets doux... Cette fois, influencée par un blog ami, j’ai décidé par esprit de nouveauté (pour moi)et par rapport à la spécificité du texte présenté, de répondre à chaque commentaire. Mais je n'en ferais pas une habitude pour toutes sortes de raisons.

Sylvie, tu me connais suffisamment pour savoir que la franchise fait partie de mes priorités.

Chez moi, Philippe, l’écriture est plus une pulsion qu’un projet préétabli . C’est en visitant des blogs divers et devant l’étalage varié des centres d’intérêt, des styles, de la teneur des commentaires qui sont parfois des marques de sympathie qui n’ont pas nécessairement de rapport avec le post…personnellement le fait de dire que c’est bien ne me suffit pas…je ne suis pas toujours gentille, vous savez !

Martin, vous m’accordez des capacités de visionnaires que je n’ai peut-être pas…Le seriez-vous vous-même ?

Angelina, globalement je pense la même chose que toi, l’écriture est avant tout une démarche narcissique, si elle peut élargir le miroir aux autres, c’est encore mieux…

Helena, l’obligation de feedback est purement formelle, mais l’authenticité est essentielle et ne peut exister qu’à partir du moment où il existe une « relation » entre les gens, cela ne veut pas dire que l’on doit se connaître, cela veut dire que l’on se ressent…

Écrit par : Saravati | 22/11/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.