18/11/2008

Contes inuit du Groenland

contes inuit bis
C’est dans un univers tout à fait différent  de celui que nous répertorions comme le monde des contes que ce livre nous transporte.

Au pays des glaces, des neiges, des phoques et des hommes qui entretiennent avec la nature et les animaux un rapport particulier. Où l’on parle de mariage entre hommes et bêtes, entre espèces d’animaux différentes.

Où l’équilibre repose sur la faculté de pouvoir manger à sa faim malgré les rigueurs d’un environnement parcimonieux et d’un hiver infinissable.

Où la subsistance est plus importante que l’amour et les sentiments, où la vengeance rime avec une souffrance contenue trop longtemps, où l’hospitalité n’est pas nécessairement gage de sécurité, où le poids de la vie est léger comme une plume, où l’ombre des chamanes transperce le quotidien, où il suffit simplement d’être, de manger, de dormir et de se reproduire.

Ces contes vont droit au but, sans fioritures de langage, sans habillage de sentiment, sans description poétique, leur langage est direct comme de petites touches d’existence.

Ces contes sont burinés comme les visages de ceux qui affrontent le froid polaire pour survivre.

Contes du Groenland, simples et vrais, parfois monotones, à l’image de ces jours blancs et gris qui se suivent inlassablement. L’évolution n’est ici pas construite par l’homme, elle dépend des méandres de la nature, inchangée depuis des siècles.

Histoires étranges venues d’ailleurs ou plutôt venues d’une dimension temporelle intacte, non contaminée par le progrès, pure dans son authenticité primitive.

 

Contes inuit du Groenland par Knud Rasmussen

13:57 Écrit par Saravati dans Veine de lecture | Commentaires (2) | Lien permanent

Commentaires

*oo* Le temps de lire, je ne le trouve plus...depuis qu'il y a l'ordi...
Pour te répondre sur le "plus fauve des deux"....c'est pour ça que j'ai adoré cette photo, le décalage avec l'innocence de l'enfance et son "sadisme" pcq en l'enfant, il y en a une part plus ou moins grande, souvent inconsciente.
C'est rare de le voir si visiblement, ça m'a "choquée" un peu ;-)
Belle soirée, enfin, nuit !

Écrit par : Loo | 18/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne connais que de réputation Knud Rasmussen... et cela me rappelle les sagas islandaises... histoires et légendes d'un peuple qui vit avec la nature... c'était passionnant !

Écrit par : Nestor | 19/11/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.