13/10/2008

3 Nouvelles contemporaines

3 nouvelles 3

Je n’ai vraiment pénétré dans ce livre de nouvelles qu’au travers de la lecture critique qui l’accompagne.
Mais la littérature ne devrait-elle pas se suffire à elle-même ? A-t-elle besoin d’être systématiquement décortiquée voire autopsiée pour nous révéler la vérité d’entre les lignes ?

Un critique littéraire est aussi un réécrivain, un interprète, un traducteur.
Pourquoi certains auteurs sont-ils si complexes, si touffus, voire si confus que leurs textes doivent être déshabillés pour être accessibles au commun des lecteurs ?

 3 Nouvelles contemporaines, paru chez Gallimard en 2006, présente trois auteurs qui pour l’opinion littéraire ont déjà fait leurs preuves puisqu’ils ont chacun reçu un prix :
Patrick Modiano : Prix Goncourt, 1978
Marie Ndiaye : Prix Fémina 2001
Alain Spiess : Prix Renaissance de la nouvelle 1998.

L’éditeur n’a donc pas pris beaucoup de risques en publiant des auteurs déjà consacrés.
Mais ce choix me laisse perplexe : est-ce dans l’air du temps de se cantonner dans un pessimisme noir ?

Le livre qui comprend une analyse littéraire encense les différents textes en relevant les éléments positifs, allant même jusqu’à y découvrir des pointes d’humour (que personnellement je n’ai pas ressenties !)

Il  y a quelques similitudes dans le fonds des histoires, notamment la relation à l’argent, la famille, le milieu social occupé par le narrateur par rapport aux autres protagonistes.

Les thèmes de l’abandon, de la solitude, de l’anorexie physique ou mentale, de la souffrance intériorisée sont certes pourvoyeurs de portraits intimistes forts, mais j’aurais espérer trouver dans ces trois textes plus de « légèreté » dans le style, de perspective d’avenir ou d’espoir et pourquoi pas de sentiments partagés.
Je suis restée sur ma faim.

00:04 Écrit par Saravati dans Veine de lecture | Commentaires (1) | Lien permanent

Commentaires

Je ne connais pas ces auteurs si ce n'est de nom et je n'ai pas lu le bouquin.
Mais quelle critique! J'aurais bien peur si vous deviez me lire. Toutefois, je serais curieux...
Que pourrait penser Saravati?
En tout cas, moi, j'aime vos textes.

Écrit par : Philippe D | 14/10/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.