09/09/2008

Un couple

Retrouver la solitude
Des premiers instants du couple

Après tant d’années de déchirures, de regrets
Regarder dans la même direction
La campagne printanière, les champs vallonnés

Les rythmes sont pourtant différents
Elle veut courir
Il ne veut pas
Il fait de grandes enjambées
Elle reste derrière à essayer de le rejoindre
Elle le dépasse en trottinant
Garde une avance de quelques mètres
Pour quelques minutes
Puis le manège recommence

Diapason cassé
Essoufflement

La force de l’habitude
N’existe même pas
Ils ont passé tant d’années
À s’éloigner
Elle en souffrait
Lui cherchait d’autres cieux
Elle n’en souffre plus

Elle a découvert le monde de l’écriture
Des livres, des fantasmes
Elle ne l’attend plus
Ne rêve plus de lui
Il ne comprend pas
Il voudrait qu’elle l’appelle
Elle a épuisé son crédit d’appels
Elle n’a plus de regrets
Elle ne peut se contenter de simplement vieillir
Pour être avec lui
Elle n’est même pas triste
Peut-être indifférente

Pourtant ils sont bien
À deux sous le soleil couchant
Ils marchent d’un pas énergique
S’arrêtent pour regarder un détail de la route

La vie est belle quand on n’y pense pas
Ces moments rares qu’elle n’espérait plus
Elle les ressent du dehors
Elle a chaussé son armure de sérénité
Aujourd’hui, elle paraît légère
Le monde est simplement présent
Sans poids sans contraintes
Sans questions.

12:26 Écrit par Saravati dans Regards | Commentaires (11) | Lien permanent

Commentaires

coucou, je vais à Bruxelles et cette fois je vais visiter un peu ! ce texte, est ce ton couple ? Je crois que celà arrive tres souvent!
bisous

Écrit par : sylvie | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

je ne suis pas sûre... que la vie puisse être belle quand les pas sont désaccordés. ou alors ce n'est pas du bonheur mais de la lassitude et on regarde alors le temps passer. un peu triste non? alors que oui, la vie peut être belle quand on peut renoncer à ce couple là pour tenter de regarder de nouveau dans la même direction mais pas comme çà, plus avec celui-là. là, on sent une histoire qui finit et une autre, aussi (plus?) belle peut commencer.
garder une complicité, s'émouvoir des mêmes choses à un moment donné, quand on a longtemps et beaucoup partagé avec quelqu'un c'est normal et je crois que certains couples restent ensemble parce qu'ils ne peuvent ni ne savent admettre que, ces moments se faisant plus rares, la complicité n'étant plus que fugace, sur de petites choses, des habitudes, il est temps de partir. parce qu'on retrouvera toujours quelqu'un qui aimera le même ciel bleu ou gris, les mêmes chemins de campagne, mais qui en plus, de nouveau, sans se toucher, sans se parler, saura à ce moment précis, sans l'ombre d'un malentendu, ce qui nous fait nous, ensemble!
tu vois ce que je veux dire: quand on est côte à côte, parlant dans un groupe et que, sans se concerter, les mains se tendent et se rejoignent, au même instant.
bonne semaine, bises! à trés bientôt?

http://libres2.skynetblogs.be

Écrit par : mimi | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

pas toujours !!!! Pas toujours facile pour un couple mais cela ne me regarde pas, je passe te remercier d'êre venue sur mon blog tu seras toujours la bienvenue. Amitié Chana.

Écrit par : chana | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

La vie est belle quand on y pense pas...
Phrase qui fait réfléchir. Peut-être vaut-il mieux ne pas trop y penser. Il a des moments de pur bonheur dans une vie, des moments douloureux,...
Regarder ensemble dans la même direction guérit certainement toutes les blessures.

Écrit par : Philippe D | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

Réponse à Mimi, Sylvie, Chana ... Remettre les pendules à l'heure !

Merci de vos commentaires sur ce post que vous m’avez attribué comme étant autobiographique.
Je voudrais cependant remettre les pendules à l’heure. C’est vrai que je m’investis souvent dans mes posts mais je voudrais dépasser ce stade du « vécu » pour me lancer davantage dans la fiction. Je m’efforce de trouver de nouvelles pistes d’écriture. J’essaie ainsi de tester d’autres approches..
.
Le texte Un couple peut apparaître comme personnel et je m’en excuse, j’ai puisé dans une réserve de sentiments ressentis dans telle circonstance par moi-même ou attribués à d’autres personnes (en l’occurrence des femmes que j’ai rencontrées) . J’ai fait un amalgame et ainsi composé un texte mi-réaliste, mi-rêveur. Parler exclusivement de ce que je ressens n'est pas dans mes habitudes, j'aime prendre du recul par rapport à ce que je vis. Je préfère exprimer des ambiances, faire des photos de la réalité dans un moment figé (pour moi ou pour le ou les personnage(s) que j'imagine).
J’ai voulu exprimer la difficulté de vivre de manière toujours sereine dans un couple à travers une promenade dans la campagne.
Même dans un couple uni, il peut y avoir une distanciation à un moment ou à un autre, cela ne veut pas dire que tout est fini, cela veut dire que la relation évolue, que l'amour parfois prend l'apparence de l'amitié si on garde une belle complicité intellectuelle ou autre.
Dévoiler le fond de sa pensée même si elle est triste et exclut l'autre, parler à l'autre comme à un autre soi-même, c'est encore une preuve d'un amour qui a pris d'autres formes.
Aujourd'hui, on vit dans une société où l'on veut tout tout de suite y compris dans les relations humaines et si cela ne marche pas comme on le souhaite, on s'en va chercher ailleurs quelque chose que l'on ne trouvera peut être pas, avec en arrière-plan la crainte de ne pas rencontrer un nouvel échec, ce qui suppose de faire des concessions qu'on n'a peut être jamais accepté de faire dans une relation antérieure !

Écrit par : Saravati | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

REFLET DE LA VIE Bonsoir, nous aimons bien découvrir vos textes, parfois très tristes mais qui refletent bien la vie de beaucoup de couple. Nous vous remercions du chaleureux commentaire posté sur notre bloc notes. Ceci nous encourage à continuer de construire et aussi faire rever des gens comme vous. Merci
Bonne soirée
Yvette et Christian

Écrit par : ATHOS | 09/09/2008

Répondre à ce commentaire

Tout comme Philippe D, c'est la phrase "la vie est belle quand on n'y pense pas" qui a fait tilt. Non seulement je la trouve belle, pleine de sens, mais elle résume tout.
Au delà d'un malaise vécu ou non au sein d'un couple - ce qui importe peu du point de vue littéraire - c'est toute une réflexion sur les sentiments humains, le besoin de trouver à tout prix la sérénité, avec quelqu'un ou non. L'échange n'est pas nécessairement fusionnel pour cette quiétude. Le temps passe, les êtres évoluent, parfois dans la même direction, parfois en parallèle...

Écrit par : Malvina | 11/09/2008

Répondre à ce commentaire

oulala saravati!

tu reagis un peu trop vivementpour que ce texte par ailleurs si beau (si triste ce constat d'échec mais mais si beau si salutaire, l'envol, la mise à distance: on ne souffre plus, on lâche prise )
que ce merveilleux texte donc, ne soit pas autobiographique .. mais de quoi as tu peur ou.... honte ?
Que de soin tu prends à tenter de ne pas lever un morceau du voile....Et pourtant
La vie n'est facile pour personne... et moi je t'aime dans tes moments de vérités , dans ces cris qui percent parfois sous ton apparente indifférence.
On n'est pas dupe .
On sent ta fragilité et ton extrême sensibilité. Et c'est cela qui touche...
Je rejoins les autres " la vie est belle quand on n'y pense pas " Cette phrase me restera : elle est trop vraie!!!

Je te lis régulièrement mais ne suis jamais intervenue et aujourd'hui je voudrais te dire merci pour ton écriture, tes partages.

Bisous

Dino

Écrit par : Dino | 12/09/2008

Répondre à ce commentaire

Je comprends Saravati et son "emportement" quant à la lecture de son texte. Pourquoi mettre l'étiquette "autobiographique" à ce billet ? Quel en est l'intérêt ? Est-ce si important de savoir ?
Cela supposerait alors que l'intérêt de cet écrit reposerait sur ce point uniquement... Que fait-on des qualités littéraires, des réflexions de l'auteur, du cheminement de son raisonnement ?
Celui qui écrit est toujours présent dans ses textes mais pas nécessairement au premier plan ! Nous sommes dans une société où l'on s'intéresse -un peu trop vivement à mon goût- à l'intimité de l'autre mais pitié trop c'est trop !
Les réflexions d'un auteur ne sont pas obligatoirement issue d'une situation vécue mais aussi d'observation de ses contemporains, proches ou non.
Colette démentait dès que l'on soupçonnait ses écrits d'être autobiographiques, alors qu'il est prouvé que ces critiques étaient fondées. Je crois sincèrement qu'elle devait être excédée, considérant que l'on lisait son oeuvre uniquement pour les potins et non pour ses extraordinaires qualités d'écriture et de réflexion sur la nature humaine.
Continue d'écrire Saravati - tu le fais merveilleusement bien - et tu sais il n'est en aucun cas nécessaire de se justifier.

Écrit par : Malvina | 13/09/2008

Répondre à ce commentaire

A Saravati Votre texte est touchant. Il est normal qu'il déclenche des polémiques car il va droit au coeur de chacun .
Vous avez du talent. Ne le gaspillez pas en effet à vous justifier.
Se justifier de quoi d'ailleurs? Chacun écrit avec ce qu'il est , c'est toujours autobiographique!
Je trouve la réaction de Malvina autant que celle de Dino d'ailleurs déplacée .
Faites ce qu'il vous plait Saravati.
Ici il estquestion d'art et tout est permis.

...

Écrit par : Romie | 13/09/2008

Répondre à ce commentaire

Bravo pour ce poème si touchant dans sa pudeur. Je suis d'accord avec les 2 précédents billets; peu importe si le poème est autobiographique ou non; l'important est sa profondeur, la sensibilité littéraire qu'il véhicule...
De toute façon, je pense -et j'en suis convaincue-qu'au-delà du couple, demeure essentiel le lien qu'on établit d'abord avec soi-même. Le couple n'est qu'un miroir du regard posé sur nous-mêmes.
Si l'on a le sens de l'estime de soi, on a bien plus de chances de vivre heureux -seul ou accompagné. C'est peut-être cela, avoir une belle vie...
Pour moi, ce poème évoque toutes les possibilités d'exploration intérieure, indépendamment de l'autre, mais qui permettent ensuite un autre contact avec l'autre. C'est mon avis et il ne reste qu'un avis et je pense que trop de tentatives d'explication, de commentaire, de justification évinceraient la beauté du poème. Alors respectons dans ce texte son langage... et son silence!

Écrit par : MULLER Géraldine | 13/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.