15/04/2008

Une bûche évocatrice

Rien à voir avec la bûche de Noël, ni avec la douce chaleur de l’âtre, ni même en bon belge qui respecte les traditions , avec la saveur amer-sucré d’une bière ambrée qui phonétiquement porte le même nom. 

La dame à la bûche est un des nombreux fantasmes du réalisateur américain David Lynch dans la série Twin Peaks. Cette série démarrée en 1990 n’est pas très connue, elle n’a été diffusée, je pense, que sur la 5 que nous ne captions pas (ou peu) en Belgique. Il s’agit d’une vaste galerie de personnages plus ou moins déjantés, borderline, dépressifs…

Et dans cette panoplie d’esprits perturbés apparaît, comme mise en réserve, presque accessoire, une personne d’égale humeur, au physique ordinaire (seule caractéristique : de grandes lunettes cernées de rouge) mais accompagnée d’un accessoire pour le moins original : elle porte continuellement dans ses bras tel un bébé une grosse bûche de pin Douglas avec qui elle entretient des conversations feutrées.

Quand elle communique avec les gens c’est au travers de ce morceau de bois. A l’inspecteur de police, elle déclare « Ma bûche a vu quelque chose » . Et si on respecte sa bûche, la dame traduira en langage verbal ce que sa bûche veut dire. Sa bûche lui donne le pouvoir d’être par intermittance l’oracle capable de pénétrer à travers des tranches de réalités parallèles.

L’image de la bûche a fait ricochet dans ma famille, à deux reprises, non dans sa capacité à franchir des réalités subjectives mais dans sa conformation intrinsèque de « vulgaire » morceau de bois.

Redimensionnement de tronc buche

 

Ma seconde fille a vécu un an aux Etats-Unis, près de Seattle (il semble que ce film ait été tourné dans cette région). Les paysages et les arbres gigantesques ont réveillé des souvenirs vivaces chez elle, tout comme le mode de vie des habitants des petites villes (elle n’a pas voulu préciser si elle a rencontré des personnages aussi insolites, par prudence, j’imagine). Elle a connu des moments d’égarement collectif après les évènements du 11 septembre, a été en contact avec des sectes de purification, a ressenti la détresse des jeunes laissés à eux-mêmes dans un monde d’ennui et de désoeuvrement…

 

L’univers imaginaire de Twin Peaks, avec ses gigantesques pins Douglas bordant des routes sinistres ou mystérieuses, représente pour elle une confuse émanation d’un climat de mystère, de désoeuvrement qu’elle a perçue dans un petit village de l’Etat de Washington.

Ma fille aînée a beaucoup voyagé. A Rome elle a connu V, une jeune américaine qui avait fait des études de scénographie. Elles sont restées en contact via Internet. V qui vit aujourd’hui entre l’Italie et la Nouvelle-Zélande a déjà participé à l’élaboration de plusieurs films.

Entre elles, les jeunes filles se parlent entre autres de cinéma. Ma fille lui raconte qu’elle est en train de découvrir la série Twin Peaks et sans qu’elle lui ait parlé de la dame à la bûche qu’elle trouve particulièrement délirante, son amie lui répond : « oooh, oooh, twin peaks! have you seen the log lady yet? my ex boyfriend in Seattle did props on the pilot... he made the log lady's log. it's kept in a vault somewhere now. «  (" oooh, oooh, twin peaks ! Est-ce que tu as remarqué la dame à la bûche ? Mon ex-petit ami de Seattle a travaillé sur le pilote... il a construit la fameuse bûche de la dame à la bûche. Cette bûche est conservée quelque part dans une coffre ! »)

Le monde est petit, finalement, on le dit toujours et je l’expérimente encore. Et si on y prête attention, il nous arrive de percevoir dans notre vie quotidienne ou notre proche environnement des repères, des rapprochements pour le moins inattendus.

Sans faire partie des célébrités, je connais quelqu’un qui a travaillé avec JK Rowling : cette amie dirigeait une école de langues au Portugal et avait embauché la future écrivaine pour y donner des cours d’anglais. Peut-être quelque part, Harry Potter a-t-il quelques origines géniques portugaises ?

11:54 Écrit par Saravati dans Contours insolites | Commentaires (1) | Lien permanent

Commentaires

Bonjour,
Je t'avais déjà répondu pour ton reflex mais via mon blog... je reproduis :
Salut Saravati... Ah! Oui, j'aimerai bien que tu te mettes à la photo, pourquoi pas ? Des conseils... hum... je ne travaille qu'au compact et n'y connais rien en reflex... par contre tes photos m'intéressent...

Voilà... je crains ne pas t'être d'une grande aide pour les objectifs macros... désolé !
Richard

Écrit par : richardunord | 23/04/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.