07/03/2008

Mon mentor

Je dois enfin vous l’avouer :
J’ai un mentor, un vrai mentor,
Avec un corps et un esprit.
Il m’a harcelée depuis longtemps
Pour que j’écrive.
Il me trouvait, soi-disant, du talent.
Comment ? Je l’ignore.

De guerre lasse, je me suis résignée
A lui obéir.
C’est un vrai mentor
Sur qui je peux compter,
Une sorte d’impresario.
Il me rappelle
Les engagements qu’avec moi-même
J’ai signés.

Il me réveille la nuit,
Par association d’idées,
Quand le virus de l’écriture
Vient me chatouiller.

Je lui dois, non mon inspiration
Que je revendique mienne,
Mais le signal du départ :
Celui qui m’a envoyée
Errer sur les chemins
Tourmentés de la littérature.

10:16 Écrit par Saravati dans Images personnelles | Commentaires (2) | Lien permanent

Commentaires

Bonjour C'est super d'avoir un mentor.
Moi, le mien, il a tout déclanché quand il est parti. C'est au moment où il est tombé, comme les tours et pratiquement en même temps, que j'ai pris la décision de m'y mettre réellement à l'aquarelle.
Grâce à elle, je repars en vacances le coeur léger.
Je m'occupe, même si il y a de la négativité dans l'air.
J'ai tjs fait de la photo... papa photographe!
Mais ce n'est qu'en peignant que j'ai eu le regard attiré par les vides... surtout ceux des arbres. Vide : espace entre les branches, entre les arbres.
Puis aussi les clairs et les foncés que l'on détaille lors du regard que l'on porte sur un paysage.
Je vous remercie pour votre passage chez moi... blog aquarelles. En lien, j'en ai aussi un de photos... mais peut-être l'avez-vous vu.
J'y écris ce qui me passe par la tête, lorsque je poste une photo... mais parfois rien ne passe...
Au plaisir,
Anne

Écrit par : Anne-Christine | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

bonsoir Eh oui, mon mentor est réellement tombé, d'une crise cardiaque sur une piste d'obstacle.
Au début, je disais veuve, mais 6 ans 1/2 se sont écoulés, je parle tjs de lui, même avec mon ami, car il n'y a aucune jalousie à avoir.
Mais j'ai fait mon deuil et donc je ne me sens plus vraiment à plaindre.
Mon mari m'a envoyé ... car je crois aussi qu'une vie existe là-bas... un ami merveilleux, avec qui je ne vis pas, car il est divorcé et préfère ne pas installer des habitudes. Il trouve que lorsque l'on se retrouve après quelques jours de séparation c'est bcp mieux.
J'ai toujours pensé que le deuil d'un décès était plus facile que celui d'une séparation.
Ne sois pas désolée, il n'y a rien de mal qui a été fait.
Je te souhaite une bonne soirée et de belle page blanche à remplir... tout comme moi ;-)
Au plaisir,
Anne

Écrit par : Anne-Christine | 02/04/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.