29/01/2008

Moleskine

Aujourd’hui, j’ai reçu un cadeau de quelqu’un qui n’a pas l’habitude de m’en faire. Il en acquiert d’autant plus de valeur. En plus, c’est un cadeau très personnalisé, je dirai même très ciblé.

Il y a deux mois, j’ai ouvert, sans conviction, et par esprit d’imitation, un « blog littéraire » : projet ambitieux que je m’acharne pourtant à soutenir aujourd’hui, encouragée en cela par quelques commentaires sympathiques.

L’entraînement venant, l’écriture se fait plus fluide, les sujets d’inspiration, plus variés. Et l’on ose aussi parler quand on n’a rien ou peu de choses à dire, à condition que ce ne soit pas trop mal exprimé.
Pari tenu ? C’est à vous de me le dire car si j’écris pour moi, j’écris aussi pour vous.

Je ne suis pas une fada de l’informatique et d’internet et il m’arrive d’avoir des idées quand mon ordinateur est à distance. Je griffonne alors sur le premier bout de papier que je trouve à ma disposition. J’avoue que le résultat n’est pas toujours très lisible car mon écriture est fortement influencée par la qualité du support que j’utilise.

On m’a donc offert aujourd’hui, à ma grande surprise un carnet Moleskine. Je sais que c’est un outil de qualité mais n’étant pas savante en matière d’imprimerie, j’ai lu le fascicule qui est joint au carnet : « Moleskine est le carnet légendaire des artistes et des intellectuels européens de ces deux derniers siècles : de Van Gogh à Picasso, d’Ernest Hemingway à Bruce Chatwin. Compagnon de voyage de poche et de confiance, il a conservé les esquisses, les notes et les suggestions avant qu’elles ne deviennent des images célèbres ou des pages de livres que nous avons aimés. »

Quand je m’imagine que ce carnet m’est personnellement destiné, je sens titiller ma vanité.
Quelqu’un de mes proches semble avoir pour moi des ambitions flatteuses. A moi de relever le défi.

Il est pourtant dit que « L’habit ne fait pas le moine ». A cette devise, je répondrai par une question : « Mais le carnet fait-il l’écrivain » ?

Encore heureux que j’ai appelé mon blog « Les petits délires ». Vous saviez à quoi vous vous engagiez en me suivant.

13:53 Écrit par Saravati | Commentaires (2) | Lien permanent

Commentaires

L'habit ne fait peut-être pas le moine, mais le carnet contribue fortement à faire l'écrivain... Je vous souhaite de bien profiter de votre nouveau compagnon d'écriture! A jeudi (et selon toute vraisemblance ce sera à la bibliothèque, prévenez tout le monde ;-) )

Écrit par : Sigrid | 29/01/2008

Répondre à ce commentaire

Un récit très touchant sur les conditions d'écriture; comme il me ressemble! Moi j'ai plein de carnets partout et j'y note tout -visions, états d'âme, pensées, expressions, découvertes même infimes.
Je remonte, en même temps que toi, aux sources de l'écriture! Un post très intéressant en tout cas. Moleskine, toile... Continue à écrire, Saravati!
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 02/01/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.