21/01/2008

Arachnophobie : avant, après

Chez moi, il a été décrété au milieu de l’année dernière qu’il devenait désormais interdit de tuer les araignées. Toute infraction est sévèrement réprimandée.

Moi-même enfant, j’avais une peur maladive des araignées. Si par malheur, il s’en trouvait une dans ma chambre au moment d’aller me coucher, peu importe sa taille, la couleur de ses poils ou la longueur de ses pattes, je refusais systématiquement de dormir dans la chambre. Cela provoquait, vous l’imaginez, l’hilarité de mes frères et sœurs. Les parents devaient alors satisfaire à mes « caprices phobiques » et partir à la chasse de l’animal mal aimé.

J’ai eu quelques nouvelles crises depuis et cela ne se limitait pas aux araignées.

Un épisode historique est relaté dans les annales de la famille lorsque je séjournai chez mon oncle au Texas : la veille du retour en Europe, je m’apprêtai à faire ma valise quand un monstre de type cafard surgit du premier tiroir de la commode. Je commençai à trembler. L’insecte fila aussi vite par dessous la porte de la chambre. Je me rendis compte alors qu’un interstice de 5 cm séparait la porte du plancher.
Pendant tout le temps passé là-bas, le cafard et les membres de sa famille avaient eu tout le loisir de pénétrer dans ma chambre et d’y promener partout à leur guise.
Je ne fermai pas l’œil de la nuit, aux aguets du moindre grincement sur le sol ou de la moindre sensation chatouillante sur le visage.
Le lendemain, mon oncle m’expliqua qu’il était à l’étranger pendant la période habituelle de désinsectisation et qu’il avait omis, à son retour, de faire appel aux professionnels de nettoyage.

Autre épisode, pendant ma grossesse. J’étais montée au grenier et en prenant un carton, une horrible tégénaire noire s’en échappa et me donna la frousse de ma vie (une autre, je veux dire).
A-t-elle survécu à mes hurlements et à la poursuite assidue de mon mari, je ne m’en souviens pas.

Et puis arrivèrent les enfants qui héritèrent malheureusement de mon arachnophobie.
Une maman est avant tout une maman et je dus vaincre ma peur pour « sauver » maintes fois mes enfants. L’amour maternel est un vrai moteur de métamorphose !

Dans notre nouvelle demeure qui est ancienne, les insectes et autres bestioles ont eu le temps d’établir un empire.
Selon la tradition, on prétend qu’une maison où vivent des araignées est une maison saine (j’ai d’ailleurs lu plusieurs histoires hilarantes à ce sujet).
Toujours est-il que ma maison est un domaine d’exposition de toiles de tous formats que je m’échine tant bien que mal à éliminer régulièrement.

Ma fille aînée, la plus arachnophobique de la famille, a eu dernièrement une illumination. Une sorte de révélation. Elle a décidé de changer son fusil d’épaule : de demanderesse d’assassinat systématique d’araignées, elle est devenue leur protectrice , elle m’explique avec patience que les araignées tissent différentes catégories de fils : les fils « ennemis » imbibés de glu pour capturer les insectes et les fils « fonctionnels » sortes d’autoroutes qui leur permettent de se déplacer rapidement sans danger. Si je modifie l’équilibre fragile d’une toile, on assiste à un entremêlement des deux catégories de fils et l’araignée risque d’être prise à son propre piège !

Chez nous, l’araignée enfin réhabilitée accède au statut d’animal utile : il est vrai que son mode d’alimentation permet de se débarrasser d’une multitude de petits insectes parasites. C’est son aspect peu ragoûtant qui a occulté cette finalité bénéfique pour l’homme.

Les deux solutions préconisées en matière d’aranéides sont : soit laisser les araignées et leur toiles là où elles sont (il paraît que c’est très tendance artistique !), soit capturer délicatement l’araignée et la prier d’aller voir ailleurs en la déposant dehors par exemple (je peux toujours lui dire que les nombreuses dépendances du jardin sont à son entière disposition).

Voilà donc une nouvelle technique de ménage à suivre et qui plus est, vous rend responsable de l’équilibre faunesque de la planète…

13:28 Écrit par Saravati | Commentaires (1) | Lien permanent

Commentaires

Bien amené... Jolie tranche de vie que celle-là... Beaucoup de vérités dans ce que tu dis... Tu peux ajouter que nous n'intéressons pas les araignées car elles ne se nourrissent pas de sang, contrairement à une floppées d'insectes désagréables que les araignées nous éliminent fort heureusement !! C'est vrai que la Tégénaire n'est pas belle, mais elle n'en peut rien la pôvre... Dans ma vieille maison, il n'est pas rare, le plus souvent en fin de saison car les mâles sont à la recherche des phéromones des femelles mais aussi hors "saison"... pas plus tard qu'hier par exemple, et c'est toujours le soir (elles sont plutôt nocturnes), quand on regarde la tv, qu'elles traversent le salon, au grand dam de mon épouse et/ou de mes filles... et c'était une femelle Tégénaire qui de baladait... à la recherche de nourriture ou d'un nouvel abri...? Un verre déposé dessus, un carton glissé en-dessous, avec douceur car elles sont fragiles et retour en cave où elles ont leur place !! La Tégénaire est une araignée cool... un arachnologue m'expliquait qu'il en avait manipulés beaucoup et que jamais elles avaient essayé de le mordre... Ce sont aussi de bonnes gardiennes, des genres de cerbères... car elles empêchent les araignées d'extérieurs de rentrer... Aux Etats-unis et en Amérique du nord, ils nous envient car ils n'ont pas nos Tégénaires "d'intérieurs" qui sont prédatrices d'autres Tégénaires qui vivent à l'extérieur et les empêchent de rentrer... et leurs Tégénaires sont moins cools que les nôtres... Un chose bonne à dire aussi est qu'il n'y a rien de vraiment dangereux sous nos latitudes...
Une araignée, c'est chacun chez soit... certaines sont acceptées en cave ou grenier (Tégénaires, Pholques... très utiles aussi celui-là, de plus ils s'auto-régulent et n'aiment pas trop les tégénaires... beaucoup plus petit qu'une Tégénaire, il ne faut pas que celle-ci passe sur sa toile car le Pholque est maître sur sa toile et la Tégénaire se fera "emailloter"... bref, chacune sur sa toile est maîtresse du lieu)
Faut pas hésiter à nettoyer les toiles empoussièrées des Tégénaires, elles en referont de toutes propres... :-))
Voilà une petite contribution...
Richard

Écrit par : richardunord | 03/04/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.